search results
2015-07-21 - 10:05

Solange, merci pour ce témoignage.

Tout travail mérite salaire, donc réciproquement, tout salaire mérite travail. Donner de l'argent est donc, objectivement, "créer un métier". Mais lequel ? Le métier est bien sûr celui de demander l'aumône. Tu n'es pas responsable de l'échec professionnel de tel individu, ou de tel autre. Celui qui "réussit" ce métier, n'est pas moins à plaindre que celui qui échoue, car ce faisant et poussé par la nécessité, il s'en libérera plus tôt. Tu n'es pas responsable de leurs choix. Ce dont ces gens ont besoin, tous et même les non SDF, c'est d'êtres guidés quand ils en ont besoin et surtout quand ils en font la demande.

Il y a un SDF avec lequel je parle dès que je le croise, plusieurs fois par mois. Il a l'air heureux, enfin, autant qu'un SDF peut l'être ; et nous parlons philosophie généralement. Une fois je lui ai demandé de façon détournée ce qu'il espérait pour la nouvelle année, et ce qu'il m'a répondu pourrait se résumer ainsi : il ne souhaite pas, pour l'instant, sortir de la rue. Je réessayerai.

On ne peut pas faire le chemin mental à la place de l'autre, on ne peut que l'aider dans ses réflexions, lui ouvrir des portes qu'il croyait closes. Et ça ne peut se faire qu'en situation de totale liberté : il doit le demander. On peut lui montrer la voie, on ne peut la parcourir pour personne.

Affectueusement

https://www.youtube.com/watch?v=2J96pMBGYSQ

SDF, mon impuissance | solangeteparle

YouTube